Archives 2015

Lire, c’est du sport
Salon 2015

Entrée du salon

Cette manifestation s’est déroulée au lycée du Castella et à la médiathèque le samedi 6 et le dimanche 7 juin 2015. Les rencontres d’auteurs avec les scolaires ont eu lieu les jours précédents. Et le vendredi 5 juin, le spectacle d’Isabelle Autissier en a été le prélude.

L’entrée du lycée du Castella le 6 juin, derniers préparatifs

Le sport et la littérature

Après le roman policier et l’histoire, c’est autour du sport qu’ont été réunis les auteurs. Ils étaint 42 autour de l’invitée d’honneur, la navigatrice Isabelle Autissier.

 Qui sont-ils? Quelles sont leurs dernières créations?

Comme d’habitude, le public allait à la rencontre des auteurs sous les couverts. La cour était occupée par le golf des mots qui a attiré les enfants et leurs parents.







L’autre côté était occupé par une estrade. En effet, le groupe Jazz Latour Swing a ponctué les différents moments de ce salon. Leur musique joyeuse a donné un air de fête à la grande cour du lycée sans perturber les rencontres avec les auteurs. Après les dédicaces, on avait envie de rester là sur un banc en feuilletant les livres achetés.

André Trigano, le maire de Pamiers, est aussi venu à la rencontre des auteurs.








Foisonnement des animations

Les rencontres directes avec les auteurs ont été enrichies par diverses animations.

Une nuit la mer

La veille de l’ouverture officielle, Isabelle Autissier a donné un spectacle à la salle Aglaë Moyne, Une nuit la mer. Elle a décrit de façon poétique une nuit dans les diverses mers et les émotions que cela suscite. Sensations parfois ténues dans l’immensité mêlées aux lambeaux de souvenirs et à l’imaginaire. Un guitariste, Pascal Ducourtioux, accompagnait son monologue, renforçait les impressions des spectareurs et faisait oublier au public qu’il était à Pamiers, sur la terre ferme. Parfois même Isabelle Autissier sortait sa flûte traversière comme elle le fait peut-être au cours de ses navigations lentes. Et ce son disait alors ce que les mots n’avaient pu dire.

 Vidéo extraite du spectacle

Soudain seuls

Samedi matin un petit déjeuner littéraire autour du dernier roman d’Isabelle Autissier était organisé à la médiathèque. Violaine Barde, la directrice, et Jean-Marc Saunal, le libraire du Bleu du ciel ont animé cette matinée pendant que Mélodie Parrot du service culturel de la vill lisait quelques extraits significatifs de l’ouvrage. C’est avec une grande simplicité qu’Isabelle Autissier a répondu aux questions du public nombreux parmi lequel certains ont reconnu le nouvel évêque de Pamiers, Jean-Marc Eychenne, natif de la ville.

 Lire le compte rendu de La Dépêche du Midi

L’inauguration

Le salon a été inauguré dès l’ouverture par Sylvie Laffitte, présidente de l’association. Ginette Rouseau-Forti et Jacques Laffargue (au nom d’Henri Nayrou, président du conseil général) ont également pris la parole.
On reconnaît aussi Arnaud Hamelin, directeur des affaires culturelles de la ville, Michel Teychenné, conseiller municipal, Jacques Laffargue, conseiller départemental, Marie-France Vilaplana, vice-présidente de la communauté des communes, Françoise Pancaldi, maire adjoint chargée des affaires scolaires et de la jeunesse et Annie Icart, vice-présidente de l’association.

Peu après l’inauguration les amoureux des mots et de la précision avaient rendez-vous dans une salle du lycée pour s’y mesurer. C’est un extrait du dernier roman d’Isabelle Autissier qui avait été choisi.

Le raid transpyrénéen

Hugues Jardat a présenté le raid qu’il a accompli en juille 2014 au profit de l’association Enfance adolescence diabète Midi-Pyrénées. Parti de Biarritz, et suivant la ligne de la plus haute crète, il a rejoint Banyuls en courant . Il a parcouru ainsi environ 700 km en 15 jours !

Mots dits dans le sillage des Géants du Tour

Christian Laborde a présenté un spectacle sur le cyclisme dans la salle Delcassé. Seul, sans accompagnement musical, il a transporté le public dans le monde des héros, plus que des homme et pas tout à fait des dieux. Avec lui, le cyclisme est magnifié, on oublie la drogue la tricherie, l’argent. Le public vit une épopée. C’est Homère qui raconte le tour.

Tchatcherie : le sport chez nous

En fin d’après-midi, Olivier de Robert a captivé son public avec des anecdotes sportives de chez nous.








Deux écrivaines et le sport

Dimanche matin Hélène Legrais, la Catalane qui soutient ce salon depuis longtemps a dialogué avec Yamina Ben Hamed Daho. L’une et l’autre de façon différente se sont intéressées au sport féminin dans des disciplines où les femmes étaient absentes.




Un cadeau

Vers midi, dans ce bâtiment de briques rouges, face au clocher gothique toulousain de la cathédrale Christian Laborde s’empare du micro. Accompagné discrètement par les musiciens de Jazz Latour Swing, il dit, il déclame, il proclame O moun pays, les paroles d’or de la chanson de Claude Nougaro Toulouse. Un beau cadeau tout à fait imprévu qui a touché tous ceux qui ont eu la chance d’être là.

Le sport dans notre culture

L’après-midi, Jean-Chritophe Piffaut, auteur de L’Invention du tennis donnait une conférence sur le sport dans notre culture. Il a illustré son propos de photos et de reproductions d’œuvres d’art antiques. Si le sport a été codifié au XIXe siècle, il est bien antérieur à Pierre de Coubertin. Et il est fortement ancré dans notre culture. Certaines caractéristiques que nous considérons comme radicalement nouvelles existaient déjà il y a plusieurs siècles. En situant ainsi le sport dans la longue durée, le conférencier a donné de l’épaisseur à des phénomènes qu’on ne peut plus considérer comme des détails ou des accidents tout à fait secondaires.

Le rugby

Un peu plus tard, Philippe Ward a quitté son tablier d’auteur quelques minutes pour animer une table ronde sur le rugby avec Laurent Bénézech, Francis Meignan et Jean-Paul Romain-Ringuier. Nombreux étaient les auditeurs dans la belle salle Delcassé du lycée. A cette occasion, l’ancien pilier appaméen de l’équipe de France de rugby à XV a été longuement interviewé par des journalistes de FR3. Cela devrait donner lieu à une émission à la rentrée ou en automne.

Des contes dansés

La compagnie Rond de filles a ensuite donné un spectacle de contes dansés dans une cour intérieure un peu secrète. Plutôt destiné aux petits, ce spectacle plein d’imagination et d’émotions a ravi aussi les adultes. Plaisir redoublé pour eux : emportés par les mots et les gestes des danseuses ils étaien aussi émus en voyant les enfants complètement captivés par ce spectacle vivant.

Les palmarès

La journée s’est terminée par la proclamation du palmarès du concours d’orthographe et de nouvelles. La gagnante du concours de nouvelles est venue de Suisse où elle habite, occasion pour elle de visiter Pamiers et la basse Ariège qu’elle ne connaissait pas. Chez les jeunes, une classe de Montaut a participé au concours. Les écoliers sont venus chercher leur récompense accompagnés par leur professeur des écoles.

Des élèves ont rencontré des auteurs

Cette participation annonce, on l’espère, un engagement plus important des scolaires. En effet, cette année, le salon avait été précédé d’animations dans les établissements scolaires mêmes. Annie Jay a rencontré des élèves du collège Rambaud pendant que Jean-Christophe Tixier intervenait au collège Bayle et à la médiathèque de Saint-Jean-du-Falga et que Céline Monchoux retrouvait à la médiathèque des écoliers des Canonges, de Cazalé et des Carmes. Tous trois ont jugé l’expérience positive.

Atelier marque pages

Quand il ne dédicaçait pas patiemment ses ouvrages, Loren Bès, illustrateur, a animé un atelier de création de marque pages destiné aux enfants. Cette année, c’est lui qui a réalisé l’affiche et la couverture du livret du salon.






L’exposition

Dans la grande salle vitrée du lycée, étaient exposées d’anciennes affiches annonçant des manifestations sportives. Les anciens ont retrouvé là des spectacles auxquels, enfants, ils avaient pu participer. Ils avaient attendu des heures au sommet des cols ariégeois pour voir de près l’Aigle de Tolède durant une seconde. Quelques jours après en 1959 ils avaient pu les admirer à plusieurs reprises puisque les meilleurs étaient venus tourner sur l’esplanade de Milliane pour disputer un criterium.

Des photos anciennes des équipes appaméennes ravivaient les souvenirs que les grands-parents évoquaient devant leurs petits-enfants.

Au fond, des panneaux présentaient l’UNSS (union nationale du sport scolaire) et particulièrement la section du lycée.

Deux associations

Cette année, deux associations étaient présentes : Enfance, adolescence, diabête Midi-Pyrénées et le Spéléo-club du Haut-Sabartez (Tarascon-sur-Ariège). La première a pour but d’accompagner l’enfant diabétique et sa famille dans toutes les dimensions de son existence (photo). La seconde initie toujours des débutants à la spéléologie et publie depuis une quarantaine d’années, une revue Caougno.

L’accueil et la connaissance du public

Des élèves de la section BTS Tourisme du lycée Gabriel Fauré de Foix ont assuré l’accueil du public. Elles étaient acompagnées d’un de leurs professeurs. La classe a réalisé un questionnaire de satisfaction. L’ensemble des réponses sera analysé à la rentrée prochaine. Ainsi, en connaîssant mieux le public, on pourra améliorer les prochaines manifestations.

Les partenaires

Ce salon ne pourrait pas avoir lieu sans les bénévoles de l’association ni l’aide de partenaires locaux aussi bien privés que publics, d’abord la ville de Pamiers et, en particulier, la médiathèque. Et c’est grâce au proviseur du lycée, Didier Ferré, que le salon peut se dérouler dans ce lieu prestigieux. L’an prochain, il ira diriger un grand lycée de Perpignan. Il a passé le relais : son successeur est venu au salon et l’an prochain lettres, mots et paroles pourront continuer de faire rêver les visiteurs. Ce sont en effet les chemins de l’imaginaire qui guideront l’organisation du salon 2016.

Pour en savoir plus…

Plume blanche

 Télécharger le programme complet (Livret de 12 pages)